Lectures

Dernières lectures #3

Point lectures

J’aimerais bien que ce rendez-vous lecture soit plus régulier sur le blog. Je lis énormément et j’aime bien partager mes dernières lectures comme ici, et . Après un été à feuilleter de nombreuses pages, voici un petit condensé des livres que je vous recommande si vous ne les avez pas déjà lus !

D’ailleurs, à Madrid, sachez qu’il existe quelques librairies qui contiennent des ouvrages en français, récents ou non. Une petite mention pour la Libreria francesa où je me rends très souvent pour aller dénicher des classiques ou des ouvrages récemment primés.

_______

Jane Austen, Orgueil et préjugés 

Résumé : Orgueil et préjugés et les plus connu des six romans de Jane Austen. Son histoire, sa question, est en apparence celle d’un mariage : l’héroïne, la vive et ironique Elizabeth Bennett, qui n’est pas riche, aimera-t-elle le héros, riche et orgueilleux Darcy ? Si oui, en sera-t-elle aimée ? Si oui encore, l’épousera-t-elle ? Drôle, romanesque, le chef d’œuvre de Jane Austen reste tout simplement incontournable !

Mon avis : Un classique du genre que je n’avais jamais lu ! Un roman prenant, qui vous embarque au cœur d’un village lointain, Hertfordshire où Mrs et Mr Bennett espèrent bien marier leurs 5 filles ! On côtoie une société anglaise rigide – où le genre humain définit un statut social, en l’occurrence, où les femmes se doivent d’assurer leurs arrières économiques. Et l’on retrouve le personnage d’Elizabeth Bennett qui se démarque par sa vision des choses, ses attitudes et sa franchise qu’elle affiche face à sa famille ou aux autres personnages.
Une histoire romantico-ironique, où le duo Elizabeth-Mr Darcy dépeint par Jane Austen, évolue dans une ambiance à contre-courant de l’époque. Le pouvoir de l’auteur est d’avoir su critiquer et s’amuser des codes de l’époque pour les souligner et les remettre en question via le prisme d’Elizabeth.
Au 18ème siècle, nous ne parlions peut être pas encore de féminisme, mais le statut de femme dans la société de l’époque était déjà critiquable – et critiqué…!

 

Charlotte Brontë, Jane Eyre 

Résumé : Orpheline, Jane Eyre est recueillie à contrecœur par une tante qui la traite durement et dont les enfants rudoient leur cousine. Placée dans un orphelinat, elle y reste jusqu’à l’âge de dix-huit ans. Elle devient alors institutrice dans une famille et tombe passionnément amoureuse du père de son élève. Un amour partagé, auquel elle résistera d’abord, découvrant avec horreur l’existence de la première femme de Rochester, enfermée pour folie par son mari.

Mon avis : Lorsque j’ai recommencé à lire des classiques de la littérature, j’ai commencé par celui-ci. Et j’ai carrément dévoré ce livre autobiographique – certains affirmant qu’il s’agit de l’autobiographie de l’auteure, mais je n’en suis pas certaine. Jane Eyre démarre comme le compte de Cendrillon et nous suivons les péripéties de cette femme téméraire, courageuse, habile et intelligente. Mal aimée, elle saura tracer son destin, entre embûches, incertitudes et passion amoureuse…
En lisant le récit, c’est comme si Jane Eyre elle-même nous comptait son histoire personnelle, à la lueur d’une bougie, avec une tisane tiède à côté. C’est très particulier comme sensation, une belle histoire que je vous invite à lire ou relire !

 

Delphine de Vigan, D’après une histoire vraie
Prix Renaudot 2015
 

Résumé : « Ce livre est le récit de ma rencontre avec L. L. est le cauchemar de tout écrivain. Ou plutôt le genre de personne qu’un écrivain ne devrait jamais croiser. »

Dans ce roman aux allures de thriller psychologique, Delphine de Vigan s’aventure en équilibriste sur la ligne de crête qui sépare le réel de la fiction. Ce livre est aussi une plongée au cœur d’une époque fascinée par le Vrai.

Mon avis : Un roman – autobiographique ? – que je ne pouvais plus lâcher ! Une plongée dans une histoire à dormir debout, angoissante et intéressante à la fois. Delphine de Vigan a la maîtrise des mots et du suspense qui s’accentue de page en page. Un ouvrage à lire et une auteure à découvrir si vous n’avez rien lu de cette amoureuse des mots.
Le film tiré du livre sort au cinéma le 1er novembre 2017. Réalisé par Roman Polanski.

 

Margaret Atwood, La servante écarlate (The Handmaid’s Tale)

Résumé : « Il nous est interdit de nous retrouver en tête à tête avec les Commandants. Notre fonction est la reproduction. […] Rien en nous ne doit séduire, aucune latitude n’est autorisée pour que fleurissent des désirs secrets.» Dans un futur peut-être proche, dans des lieux qui semblent familiers, l’Ordre a été restauré. L’État, avec le soutien de sa milice d’Anges noirs, applique à la lettre les préceptes d’un Évangile revisité. Dans cette société régie par l’oppression, sous couvert de protéger les femmes, la maternité est réservée à la caste des Servantes, tout de rouge vêtues. L’une d’elle raconte son quotidien de douleur, d’angoisse et de soumission. Son seul refuge, ce sont les souvenirs d’une vie révolue, d’un temps où elle était libre, où elle avait encore un nom. Une oeuvre d’une grande force, qui se fait tour à tour pamphlet contre les fanatismes, apologie des droits de la femme et éloge du bonheur présent.

Mon avis : Mon coup de cœur de cette année 2017 je crois. Un récit poignant d’un monde dystopique et effrayant où les femmes sont réduites à des statuts d’objets, de reproductrices ou de véritables servantes sans aucun pouvoir, liberté ou autonomie. Effarant, notamment dans le monde occidental où l’intrigue se déroule.
Si vous avez apprécié 1984 de Georges Orwell, vous serez fascinés par la plume de Margaret Atwood, qui a couché ses lignes dans les années 80 mais qui reste un ouvrage intemporel. Son intrigue est réaliste et inquiétante : c’est à se demander s’il ne s’agit pas d’un roman d’anticipation sur quelques éléments du texte…

J’ajoute également qu’une série télévisée tirée de l’ouvrage existe et est actuellement diffusée. Elle a obtenu 5 Emmy Awards en 2017 !

 

David Foenkinos, Charlotte 

Résumé : Ce roman retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu’elle était enceinte. Après une enfance à Berlin marquée par une tragédie familiale, Charlotte est exclue progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France. Exilée, elle entreprend la composition d’une œuvre picturale autobiographique d’une modernité fascinante. Se sachant en danger, elle confie ses dessins à son médecin en lui disant : « C’est toute ma vie. » Portrait saisissant d’une femme exceptionnelle, évocation d’un destin tragique, Charlotte est aussi le récit d’une quête. Celle d’un écrivain hanté par une artiste, et qui part à sa recherche.

Mon avis : David Foenkinos, une plume à part, nous plonge dans la vie de Charlotte Salomon. On suit l’écrivain dans son enquête sur la vie de cette artiste au destin effroyable. Un roman qu’on lit d’une traite bien qu’écrit de façon particulière. Mais c’est toute la force des mots et la construction des phrases mises les unes à la suite des autres, que l’on comprend la définition de l’expression « lire entre les lignes » : tout est dit sans le dire.

Anna McPartlin, Les derniers jours de Rabbit Hayes

Résumé : Quand Mia, surnommée affectueusement Rabbit, entre en maison de repos, elle n’a plus que neuf jours à vivre.

Tous ses proches sont présents à ses côtés pour la soutenir. Jack et Molly, ses parents, incapables de dire adieu à leur enfant, Davey et Grace, son frère et sa soeur, qui la considèrent toujours comme la petite dernière de la famille, Juliet, sa fille de 12 ans qu’elle élève seule, et enfin Marjorie, sa meilleure amie et confidente. Au fur et à mesure que les jours passent et que l’espoir de la sauver s’amenuise, sa famille et ses amis sont amenés à s’interroger sur leur vie et la manière dont ils vont continuer sans celle qui leur apporte tant.

Car, si Rabbit a elle-même perdu la bataille, celle-ci ne fait que commencer pour son entourage.

Mon avis : Un roman écrit magnifiquement, loin d’être larmoyant : un roman vivant ! On rit, on pleure un peu, on arrête de lire pour « ralentir » l’échéance de l’héroïne, on reprend la lecture pour « soutenir » le reste de la famille. Un roman qui vous embarque dans son intrigue, dans ces neuf journées bien trop courtes où force et courage sont maîtres mots pour l’entourage de Rabbit… !

Nicola Yoon, Everything, everything

Résumé : « Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors. Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois. Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre. »

Mon avis : J’ai voulu lire ce livre – et pourtant, je ne suis pas très adepte de la littérature adolescente – car la bande-annonce du film tiré de l’ouvrage me tentait. (Mais je n’ai même pas été au cinéma…)
Je me suis laissée tentée par sa version originale, histoire d’améliorer mon anglais et sa compréhension. J’ai passé un bon moment de lecture : une jolie petite histoire adolescente, qui se lit très facilement. L’intrigue est vraiment tentante au début, mais je reste un peu sur ma faim (ou fin, vous verrez …).

_______

Et toi, tu lis quoi en ce moment ?
Quels sont les livres qui ont fait vibrer ton été ?
Lesquels as-tu prévu de lire cet hiver pour te réchauffer ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous devriez aimer...

Aucun commentaire

Répondre