Lifestyle

Pourquoi j’ai arrêté le bullet journal

Arrêter le bullet journal

Au début de l’année 2017, je commençais un bullet journal.
Pour rappel, un bullet journal est un carnet qui mêle planning, liste de collections/d’idées, « trackers » et autres pages pour assouvir sa créativité. Entraînée par la mode et admirative des utilisateurs inspirés, j’ai tenté le truc !

Après l’avoir utilisé une bonne partie de l’année dernière, je l’ai peu à peu délaissé. J’ai été découragée par la perte de temps que ça impliquait, la procrastination qui en découlait et les « catégories obligatoires » qui devaient figurer dans un « bujo » selon certains, mais dont je n’avais pas besoin.

Pourquoi j’ai abandonné ?
Et comment je m’en suis inspirée pour créer mon propre carnet d’idées ?

Une activité chronophage ET culpabilisante ?

 

 

Lorsque vous tentez l’aventure du bullet journal, vous devez respecter une méthodologie. L’initiateur, Ryder Caroll, vous explique comment vous débarrasser de tous vos post-its qui s’accumulent autour de votre écran d’ordinateur, vos petites notes qui remplissent vos tiroirs, divers agendas ou vos poches de pantalons – et finissent dans la machine à laver donc. Une promesse vraiment attirante pour tous les débordeurs d’idées. Un truc qui se veut, simple, minimaliste : vous n’avez besoin que d’un carnet et d’un stylo.

Mais voilà ; il vous faut bien organiser ce petit carnet sacré car TOUTE votre vie va y être organisée. L’objectif de base du bullet journal est de concocter trois calendriers différents : un calendrier annuel (le futur log), un calendrier mensuel (le monthly log) et votre planning pour chaque jour. Chose qu’un agenda classique permet…

Mais en plus de cela, à vous d’intégrer différentes listes de collections que vous ne voulez pas oublier – vos listes de livres à lire, vos recettes préférées, votre budget vacances, vos dessins, vos sites/blogs préférés…

Ou encore, différents « trackers » pour noter vos habitudes et les améliorer : surveiller votre poids, surveiller votre nombre d’abonnés Instagram, surveiller le nombre de verres d’eau bus par jour, surveiller votre durée de sommeil…

Le tout est indexé en début de carnet, pour s’y retrouver.

Au début, c’est chouette. On créé un carnet sur différentes catégories, en respectant les préceptes du créateur. Mais je me suis rendue compte que je dupliquais ce que je faisais déjà dans un agenda bien fait et mes deux carnets, où j’y écris mes « to-do » du jour et/ou de la semaine (version pro et perso), mes rendez-vous (pro et perso) mes idées et autres notes.

Si je dois reporter les mêmes entités que ce que j’écris dans les supports que j’utilise depuis des années (et je n’en ai que 3 à vrai dire), dans un autre cahier, où est la productivité espérée ? À quoi cela va me servir ? Je n’ai pas senti d’amélioration dans mon organisation : je n’ai pas été régulière, et surtout, j’avais l’impression de perdre du temps…

Faire ses listes de tâches et mettre à jour son bujo le dimanche soir ? Non merci. Quand j’écris dans mon agenda, c’est spontané. Idem dans mon mini-carnets de notes.

Et puis, je n’avais pas beaucoup de choses à lister finalement. En fait, je ne savais pas quoi noter que j’aurais pu oublier. « Faire le ménage »,« aller faire les courses », « changer la literie » ne sont pas des tâches que j’inscrirais dans une « to-do list ». Si je dois faire le ménage, je le saurais. Idem pour les courses (mon frigo serait vide), et la literie, bah c’est routinier aussi, donc je sais.

Au lieu de noter ce que je sais déjà, et bien je m’y attèle !

Trop de tâches, tue la tâche :
s’ajouter une « have-to » à une « to-do », non merci.

 

 

« Devoir » faire sa liste de choses à faire ne devrait pas être une tâche supplémentaire. Ecrire une « to-do », c’est prendre un temps court pour lister ses objectifs, projets, missions à accomplir dans la journée/semaine/mois. On ne devrait pas s’octroyer un temps particulier pour ça. Je ne trouve pas ça super cohérent : on perd trop de temps à bien faire sa liste plutôt qu’à faire ce qui est écrit !

Lister pour lister est inutile ! Si une tâche peut se faire maintenant, faisons-la (téléphoner pour prendre rendez-vous, envoyer un mail pour ceci, commander cela…). Le reste peut s’inscrire sur les autres supports qu’on utilise déjà : la liste de courses, un agenda… Mais un carnet additionnel, je n’en vois pas l’utilisé. Ça surcharge et c’est encombrant.

Millimétrer sa vie, son organisation, tout prévoir, tout tracer… sans prendre le temps de vivre sa vie, est quelque chose que je ne cautionne pas, ou plus. Je suis toujours en recherche d’inspiration sur une meilleure organisation – notamment dans l’équilibre vie professionnelle / blog / sports / autres projets – mais de-là à TOUT noter. Non.

 

Du marketing et une sur-consommation

 

 

Avec la mode du bullet journal – comme celle des planners, agendas ou les journaux intimes à l’époque – des sites se sont spécialisés dans la vente de carnets, stylos et autres outils pour parfaire son « bujo ». Que ce soit en ligne ou en papeterie, de nombreuses gammes de produits sont proposées. Il vous faut trouver LE stylo qui ne bave pas ou se transperce pas le papier, le surligneur avec la teinte à la mode, LE carnet à points qui va bien…

Mais attention, si vous achetez un cahier déjà pré-rempli, ce ne sera pas un « vrai » bullet journal, selon les utilisateurs de la première heure.

Et lorsque vous naviguez dans les forums ou groupes Facebook, tout le monde déballe ses derniers achats, trouvailles… Il y a ceux qui ont fait une erreur ou une faute sur une page, c’est tout moche, veulent racheter un carnet… Nous sommes dans la fièvre acheteuse ! Et ça s’éloigne du côté minimalisme qui transparait dans la vidéo de Ryder Caroll.

Après, certains utilisent le bullet journal comme passion, passe-temps. Un réel plaisir à prendre soin de son « carnet de vie », le remplir, le personnaliser, imaginer toutes sortes de listes, de trackers… Soit. Ce n’est pas mon utilisation première, j’ai donc décidé d’arrêter.

Une source de charge mentale supplémentaire ?

 

 

Je fréquente quelques groupes Facebook où de nombreux adeptes partagent des photos de leurs pages. Je remarque énormément de listes de tâches où le ménage, la cuisine, le soin des enfants, les sorties à prévoir, le budget de la maison… y sont retranscrites. Et ça m’interroge parfois sur le lien entre « charge mentale » et bullet journal. Prévoir de nettoyer les vitres tel jour, aller au marché un autre jour, prendre rendez-vous pour le petit dernier… où est le partage des tâches ? Ces tâches seront-elles réalisées par le propriétaire de ce bullet journal ou seront-elles réparties ensuite ?

À condition de faire un bullet journal à deux ! Et ça, ça me plaît !
Encore une fois, devoir lister trop de choses, équivaut à gérer trop choses dans la vraie vie et peut vite nous déborder…

 

Inspiré par la méthode, j’ai créé mon carnet « à la carte » !

Aujourd’hui, j’ai rangé mon premier bullet journal et j’ai imaginé un carnet qui me ressemble et qui remplit mes objectifs d’organisation d’idées. Ce que je recherchais n’était pas vraiment une méthode de large planification sur plusieurs échelles où tout est noté et prévu, listé…

En parallèle d’un fidèle agenda (avec vues annuelle, mensuelle et journalière), un mini-carnet qui me suit tous les jours et un carnet de notes pour mon boulot, j’ai une « bible » que je construis peu à peu où j’ai gardé l’idée des collections du bullet journal.

Tout ce que j’avais noté dans mon premier bullet journal ont été reporté sur un nouveau support. Y sont notés tout ce qui concerne mes inspirations, mes envies, des choses à tester, à voir, à lire, à écouter, des idées de projets personnels, des gens à suivre, des lieux à visiter, des objectifs à atteindre…

J’imagine aussi que des notes de lecture de livres de développement personnel pourront s’y glisser, tout comme des résumés, des liens… Un carnet « organisé » – avec un sommaire – et un stylo Bic et c’est tout. En gros, c’est le Carnet où sont calqués des choses qui n’ont pas du tout la place dans mon agenda et mes autres carnets (carnet boulot = to-do list du jour / semaine, très « bullet point » pour le coup et un mini carnet d’idées = plutôt brouillon, sans organisation, juste pour pas oublier quoi).

Pas envie de prendre le temps pour réaliser de belles pages, des dessins et tutti quanti, et ni le temps pour réaliser la liste des listes des listes des listes de choses à lister… je vais à l’essentiel de ce que j’ai besoin / ce dont j’ai envie / de ce à quoi je pense sur le moment.

Je vous reparlerai de mon « Carnet » d’idées dans les mois à venir… !

***

Cet article ne critique en rien les « bujoteurs » et le concept du bullet journal. Il expose en quelques points en quoi ce format ne m’est pas adapté : que ce soient les préceptes « obligatoires » ou la méthodologie. Le système ne correspond pas (ou plus) à mes attentes, mon utilisation, mon organisation. C’est quelque chose qui demande du temps, de l’espace (transporter un carnet A5 dans un sac, mission compliquée quand on a déjà un agenda, son ordinateur, quelques dossiers…), une régularité, et une patience.

Une impression de duplication et la perte de temps sont les deux éléments qui m’ont fait comprendre que ce n’était pas pour moi.

Mais certains suivent le concept, l’ont adopté et l’utilise à 100% ! Le bullet journal est un support très intéressant dans l’organisation de sa vie, pour entraîner sa créativité et suivre ses habitudes pour mieux les contrôler.

 

Et toi, tu as un bullet journal ? Que t’apporte-t-il ?
Ou au contraire, tu as abandonné l’idée ou tu as imaginé ton propre carnet d’organisation ? 

 

Photo à la une :Photo by Tom Holmes on Unsplash
Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous devriez aimer...

6 commentaires

  • Reply
    Julie
    19 juillet 2018 at 03:28

    Dès le départ, j’ai gardé que ce qui me plaisait dans le Bullet Journal, la version de base était trop cadrée pour moi, je me serais sentie emprisonnée. En revanche, je notais toutes les tâches ménagères. Je n’aimais tellement pas ça que h’avais au moins le bonheur de les cocher quand elles étaient faites.
    Maintenant, je vis différemment (je suis nomade) et j’ai gardé une version numérique du Bullet Journal. Moins de dessins, mais bien plus productif. Je m’en sers essentiellement pour le boulot. J’ai juste une partie très brouillon pour le côté perso.

    • Reply
      Laura
      19 juillet 2018 at 15:15

      Merci pour ton commentaire Julie !
      Une version numérique ? C’est à dire ? Par une appli ? Un plan de vol de tâche que tu répartis à l’image de Trello par exemple ?
      Je suis curieuse 🙂

  • Reply
    Noémie
    19 juin 2018 at 17:08

    Mais merciiiiii! Je me sens moins seule, j’ai même eu l’impression d’être dans ma tête quand il y a 3 mois, j’ai lâché mes stabilos, mes cinq feutres achetés hors de prix pour le bullet et je me suis ré-accaparée mes deux heures perdues du dimanches soir à grifonner des listes de listes de listes de trucs à faire que je ne relisais jamais car tout est bien dans ma tête. Donc comme toi j’ai ressorti mon fidèle carnet à l’effigie de wonder woman pour noter mes pense-bêtes et coups de coeur.
    Je découvre depuis une heure ton site sur lequel je suis arrivée par hasard et je clique, je clique, je clique. Merci!

    • Reply
      Laura
      20 juin 2018 at 08:02

      Ooooh le commentaire trop sympa ! (Je n’ai pas touché mon blog depuis quelques semaines, je suis raviiiie de lire ce commentaire !)
      Mais oui, faut pas se prendre la tête à planifier sa vie ! Vivons-la et puis c’est tout !
      Je reste quand même abonnée à certains groupes juste pour « surveiller » ahahah.
      Ravie que tu cliques partout ! Ça me motive à l’idée de poster de nouveau tout bientôt 😉
      A bientôt Noémie ! :-*

  • Reply
    Anaelle
    17 mai 2018 at 21:16

    Comme toi, j’ai gardé ce qui me convenait du BuJo dans mon propre système. Vive la liberté !

    • Reply
      Laura
      20 mai 2018 at 13:09

      La liberté se retrouve dans l’idée du « less is more » ! Et c’est pareil dans la « todoisation » de notre quotidien !
      Vive la créativité et l’imagination d’inventer son monde. Stop aux milliards de listes qui nous empoisonnent notre quotidien ! 😉
      Merci pour ton commentaire <3

    Répondre

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.