Alors ça ! Lifestyle

Lettre à celle qui j’étais à 18 ans

lettre à mon moi de 18 ans

Cela faisait un petit moment que j’avais envie d’écrire ce genre de billet. Depuis le début de l’été en fait, au moment des examens. Une lettre fictive, imagée, que j’adresse à mon « moi » d’il y a dix ans : j’avais 18 ans.

Pourquoi ce « moi » là ? Je venais d’avoir le bac, le permis et je m’apprêtais à entrer à l’Université. Et je ne pensais pas que, même dix ans après, tout pouvait encore se créer, être possible.

Chère Laura,

Tout d’abord, félicitations pour ton bac obtenu du premier coup ! Pas de mention ? Qu’importe. Le principal est de l’avoir. Le sujet d’histoire-géo n’était pas simple, je te l’accorde. Encore moins celui d’économie. Mais tu as fait de ton mieux, comme toujours. D’ailleurs, doublement félicitations puisque tu as passé et obtenu ton permis à quelques jours de l’examen de philo. Alors, bravo à toi : te voilà prête à affronter le monde merveilleux de l’Université, te dessiner ton avenir professionnel, imaginer plein de projets. D’ailleurs, quels sont-ils ?

Tu peux encore changer de voie.

En terminale, tu avais déjà une idée en tête. Tu n’iras pas en journalisme finalement : concours trop compliqué, école trop chère. Pas de grande école non plus car trop ardue financièrement, sans savoir si ça vaudra le coup – en terme de cours, de contenus, d’apprentissage et de débouché.
Le meilleur compromis ? La fac. Ce sera l’anglais pour toi. Une licence puis concours et hop, tu seras professeur des écoles. Bon courage pour ta rentrée …

Mais ce que tu vas découvrir avec le monde de l’Université c’est qu’elle laisse la part belle aux rencontres, aux découvertes, aux autres possibilités, aux changements, aux inspirations. L’autonomie, la « débrouille » étudiante, la curiosité qui émane de cette communauté font que tes idées se chambouleront, ton esprit s’ouvrira, tes projections vont se redéfinir. Tout n’est pas figé, loin de là. Et laisse venir ces nouvelles perspectives. Tu verras.

Ce qui reflète dans ton parcours, c’est cette envie de réussite, de diplôme à tout prix, de reconnaissance aussi. Issue d’un milieu ouvrier, de la campagne, les études sont très importantes dans ta vie et pour ton entourage. Encouragée par ta famille à aller le plus loin possible, tu feras du mieux que tu pourras. Et à chaque moment, à chaque doute, elle sera là pour t’épauler et t’encourager à faire ce que tu veux faire.

Tu changeras de voie. Oui, en cours de route. Sans gaspiller trop de temps. Tu découvriras que ce qu’on te propose te convient mieux et correspond à toutes tes aspirations.

Dès ce changement, et pour assurer ton avenir, tu devras compter sur ton autonomie et ta débrouille. Toute cette soif, tu ne l’obtiendras que grâce à tes efforts, ton culot et ton dynamisme. Tu es ton meilleur allié. Alors, fais bouger les lignes, secoue ton monde, sors des sentiers battus. L’Université est une étape qui ne convient pas à tout le monde. Certains y entrent et en ressortent très vite. D’autres en sortent avec 1000 idées dans la tête car ils arrivent à saisir tout le bénéfice d’avoir autant de temps pour explorer ce dont ils sont capables, découvrir ce qui les passionne et ce vers quoi ils se destinent. Fais des stages, forme-toi, explore le plus possible. La fac est un lieu où tu peux t’affirmer. Tu feras tes propres expériences, tes recherches, tes analyses. C’est ton esprit critique et ton appétence pour la mise en pratique qui primeront. Adhère à des associations, présides-en si tu en as l’occasion ! Tu verras, ça te servira.

La force des rencontres.

Sans te spoiler complètement – même si cela me démange ! – sache qu’une belle et magnifique rencontre – et qui surviendra tôt dans ton parcours universitaire – va chambouler ton quotidien, tes aspirations, tes projets, et ton cœur aussi. Cette rencontre t’ouvrira encore plus ton esprit vers de nouveaux horizons : personnels, mais aussi professionnels.
Si je te dis que, présentement, je t’écris d’un Campus Google, basé à Madrid ? Et si je te disais que cette situation actuelle découle de cette rencontre si spéciale ?

En parallèle, tu sauras t’entourer d’une bande d’amis dès ta première année universitaire, qui te suivra au-delà de tes changements de voie – et des leurs. Puis, vers la fin de tes études, de nouvelles bandes s’ajouteront !

Sors du moule, démarque-toi.

Si je peux te conseiller une avant-dernière chose : fais-en toujours plus !

Lors de tes premières expériences professionnelles – que ce soit en stage ou en job étudiant – ne te considère pas comme ce qu’il y a d’écrit sur ton contrat, mais imagine-toi au cran du dessus ! Ça te stimulera. Ne te formalise jamais en tant que « stagiaire » mais plutôt en tant que membre à part entière de l’équipe qui voudra bien t’accueillir : considère-toi comme un professionnel, car tu seras pro ! Et tu verras que ça fera la différence, aussi bien dans ta propre estime, mais aussi chez tes collègues qui ne verront pas l’étiquette « stage » sur ton front, mais bien « collaborateur ».

Peu importe le salaire différent : tu vas te former, en apprendre beaucoup pendant tes expériences, te forger un réseau, te démarquer. Fais-en sorte que chaque expérience contribue à façonner ton autonomie, ta capacité d’adaptation, ton côté « débrouille » et autodidact et à nourrir ta soif de toujours apprendre ! Et c’est ça le plus important ; pense à toutes les compétences / connaissances que tu pourras développer ! Même dans la vie professionnelle, plus tard, tu seras en constant apprentissage.

Enfin, dernier conseil : ne juge pas un livre sur sa couverture. Jamais.
Garde en tête que, ce qu’on ne soupçonnait pas ou prétendait ne pas être fait pour soi, peut s’avérer au contraire, idéal ! Je ne t’en dis pas plus. Tu sauras faire la part des choses et choisir ce qui sera le mieux pour toi !

Belle rentrée à toi, Laura.

___

Merci à Mademoiselle Modeuse, qui a également écrit à la fille qu’elle était à 18 ans et qui m’a inspirée cette idée de billet. Allez lire sa lettre, plus personnelle et très touchante. <3 

 

Photo by Annie Spratt on Unsplash
Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous devriez aimer...

Aucun commentaire

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.