Bougeotte

Voyager en avion : êtes-vous prêt ?

Depuis plus d’un an maintenant que je travaille depuis Madrid pour mon agence basée en France, je prends l’avion environ tous les 2 mois. En plus de mes trajets professionnels, nous le prenons également en vacances pour découvrir de nouveaux horizons !

Après de nombreux vols courts, effectués avec différentes compagnies, je passe moins de temps à préparer ma/mes valise(s), je sais à quelle heure je dois me rendre à l’aéroport, ce que je dois/peux emporter en cabine… et tout ceci m’économise un stress inutile et une perte de temps. Faut dire que je ne suis jamais rassurée à l’idée de voler dans les airs, donc si je peux préparer mon vol comme il faut, c’est déjà ça !

Du coup, j’ai tout pleins de conseils à vous partager. Cela concerne uniquement les vols courts (entre 1 et 3h de vol).

Quelques jours avant le départ :

  • Bien avoir imprimé ou téléchargé son billet d’avion. Je préfère le faire à l’avance plutôt qu’à l’aéroport, où il peut y avoir du monde aux guichets automatiques. Généralement je l’imprime comme ça, l’hôtesse peut me coller le justificatif de ma bagage qui part en soute.
    Personnellement, au moment de l’achat de mon billet, je sélectionne mon siège ! Comme je l’indiquais précédemment, j’ai besoin d’être super rassurée avant de montrer dans l’avion, et le fait de pouvoir choisir mon siège me détend je trouve… :D. Personnellement, j’aime être côté hublot, en milieu de cabine. Voilà pour l’anecdote.
  • Si vous ne disposez pas de forfait international, il vous faut bien vérifier votre abonnement ! Des frais supplémentaires peuvent s’appliquer sur vos données Internet (les Go sont mangés en un temps record à l’étranger, coucou le hors-forfait) voire vos communications téléphoniques ou vos textos. Beaucoup d’abonnements rendent possible leur utilisation à l’étranger (attention aux pays concernés quand même !). Renseignez-vous auprès de votre opérateur ou en jetant un oeil sur votre contrat. Si vous n’avez pas un abonnement utilisable à l’étranger, les opérateurs proposent des options ponctuelles à activer en cas de voyage à l’étranger – ça vous économisera une crise d’angoisse à la découverte d’une facture exorbitante…
  • Changez votre monnaie avant le départ. Ne pas hésiter à aller se renseigner auprès de votre banque : les prévenir de votre départ dans un pays avec une devise différente, leur demander les frais éventuels sur votre CB (en cas de retrait ou d’achat). Lorsque nous sommes partis à Londres, aucun paiement en carte bleue n’était recommandé (frais exagérés !). Nous avons pris beaucoup de liquides et éventuellement prévu de faire maximum 1 ou 2 retraits en distributeur (frais moindres). Idem pour la Suisse… !

EN BREF

Mes indispensables à préparer : une pochette assez large, à glisser dans votre valise cabine ou votre sac à dos, comprenant vos papiers d’identité, votre billet d’avion, quelques médicaments de premiers soins (maux de tête, ventre, aigreurs d’estomac, pilule contraceptive…), iPod, écouteurs, adaptateurs pour prises électriques (si différentes qu’en France), un stylo, un paquet de mouchoirs, désinfectant pour les mains, sérum physiologique.

 

Préparez ses valises : ce que je peux garder en cabine.

Ce que j’ai remarqué : toutes les compagnies ont des politiques différentes au sujet des valises, leurs dimensions, leur poids, leur nombre… Sur une même destination, vous pouvez avoir deux compagnies aux règlements différents, c’est comme ça (et c’est très chiant). Il vous faut donc bien vous renseigner sur ce qui est autorisé ou pas.

  • En cabine : une seule valise (petit format) ? Peut-on ajouter une petite sacoche (type appareil photo ou sac à bandoulière) ? Est-ce qu’on peut imaginer un sac à dos en plus ?
    Tout dépend ! Sur Transavia, c’est une valise cabine. C’EST TOUT. La sacoche, la banane, ou le mini-sac devra se loger dans la valise cabine. Sur Iberia Express, je peux emporter une valise petit format et garder un sac à main ou à bandoulière que je glisse sous mon siège. Renseignez-vous auprès de votre compagnie : les dimensions de la petite valise peuvent aussi être strictes… Ça évite de devoir des frais supplémentaires au moment de l’embarquement (on vous demande de redescendre au comptoir pour enregistrer votre valise trop grande et vous payez), ça évite de devoir ouvrir votre valise cabine devant tout le monde à essayer de caser votre sac à main trop stylé, mais voilà, vous êtes obligés de tout replier pour faire des économies d’espace… Bref, ça vous évite le stress supplémentaire au moment d’embarquer, ça évite de ralentir tout le monde…
  • Les produits liquides emportés en cabine ne doivent pas dépasser les 100 mL. Mais à vérifier sur la compagnie avec laquelle vous volerez. Des petites divergences peuvent exister d’une compagnie à l’autre. Par exemple, sur Ryanair, au départ de Londres, une jeune fille avait plein de produits de beauté en petit format. Mais elle en avait… énormément ! Et le contrôleur lui a demandé à ce que tous rentrent dans un sachet en plastique (type sac de congélation). Et voilà que le sac ne fermait pas… il a fallu qu’elle se sépare de certains produits. Si vous préparez votre petit sachet de produits liquide avant, vous n’aurez plus qu’à ressortir ce petit sac au moment des contrôles = gain de temps assuré 😉 !
    Vous pouvez comptez sur les formats échantillons pour être clean par rapport à la règlementation des contenances. Sinon, des magasins de décoration, de produits de beauté ou même en grande surface, vous trouverez des petits contenants vides spéciaux pour voyager en avion ! Pratique 🙂
  • Une anecdote à vous raconter sur la valise cabine : en rentrant des vacances de Noël, j’avais emporté en cabine un épilateur électrique – gracieusement offert par le Père Noël ! Les contrôleurs ont fait la grimace en regardant le scanner, mais une contrôleuse avait deviné ce que c’était. Objet pouvant être « dangereux ». Les contrôleurs m’ont même dit que cela s’apparentait à un taser ! La prochaine fois, ça ira en soute… !
  • Autre conseil à propos des contrôles sur les valises cabine : vos appareils numériques (ordinateurs, tablettes…) doivent être sortis de leur housse et posés seuls dans un bac. Si vous ne le saviez pas, voilà qui est fait ! Vous vous y attendrez du coup.
  • Enfin, il peut arriver sur le vol soit archi-complet, que tout le monde a sa petite valise à roulettes pour monter dans l’avion… Mais les compartiments à bagages risquent d’être trop peu nombreux pour tout contenir. On peut donc vous demander de mettre votre valise en soute – sans frais supplémentaire. Si c’est le cas, je vous conseille de garder avec vous vos appareils numériques, et tout ce que vous comptiez utiliser pendant le vol (tablette, iPod, livre, jeux…).

EN BREF

Mes indispensables avant d’aller à l’aéroport : je cadenasse ma valise en soute, je me munis d’un petit porte-carte spécial pour billet d’avion et papiers d’identité que je dégaine dès l’embarquement, j’emporte un petit chèche ou un pull chaud – il fait frais dans la cabine –, je me munis de chaussures confortables – tennis idéalement –, des chewing-gums, mes écouteurs et ma musique, un bouquin ou un magazine. Si on a prévu de regarder un film, on installe son fichier sur l’ordinateur, ça évitera de devoir sortir le disque dur ou la clé USB… Et j’évite de porter mes lentilles en l’air ! Vive les yeux qui collent !


Bon voyage !

Image à la Une : vol Madrid – Paris, décembre 2017.
On voit San Sebastian juste en dessous. C’est chouli, non ?
Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous devriez aimer...

Aucun commentaire

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.